Pour mieux vivre ensemble

Ils réclament des états généraux de l’emploi

lundi 24 janvier 2011 par admin

Le rappeur et producteur Rost, Nabil Mati, président de l’association Trait d’union, Aziz Senni, entrepreneur dans les Yvelines et créateur de la BAC (Business angels des cités), Fatima Hani, élue de gauche à Clichy-sous- Bois et secrétaire nationale d’ACLefeu, Rodolphe Pedro, créateur à Lyon de l’université de la finance… Ils sont une bonne cinquantaine à lancer un appel pour des états généraux pour l’emploi en Seine-Saint- Denis.
Kamel Hamza, élu UMP courneuvien à l’origine de cette initiative en tant que président de l’Association nationale des élus locaux de la diversité, a lu cet appel vendredi dans sa ville avant de le diffuser pendant quinze jours dans le département et de le remettre au préfet. « Notre département a beau séduire de nombreuses entreprises, au regard des derniers chiffres du chômage cela ne profite pas aux habitants de nos communes, dit le texte. Face à cette situation paradoxale et inacceptable (…) nous demandons que toutes les énergies créatrices d’emplois puissent se mettre autour d’une table. » Cinq ans après la révolte des banlieues, les signataires de l’appel l’assurent : « Il y a un ras-le-bol », « une rage » chez les jeunes d’autant plus grande que beaucoup de promesses leur ont été faites. « C’est bien joli de faire des prix comme Talents des cités, encore faut-il tendre la main aux lauréats après, avec des contrats », explique Leila Bouzidi, suppléante du député Jean-Christophe Lagarde (NC), qui s’inquiète de voir certains quartiers de Bobigny « à 43 % de chômage » tandis que « l’électorat FN progresse ». Kamel Hamza estime qu’il y a toujours de la discrimination dans les entreprises : « Combien de jeunes diplômés me disent : C’est le dixième CV que je dépose dans un forum emploi et je ne trouve toujours de boulot. » Aziz Senni, qui a créé une petite centaine d’emplois avec son entreprise de taxi à la demande de Mantes- la-Jolie, regrette, lui, de voir les talents des banlieues « partir à Dubaï, au Qatar… » « J’en veux à mon pays de ne pas garder ses jeunes », dit-il. Pour Salah Bourdi, adjoint à la sécurité à Epinay-sur-Seine et policier, « l’emploi doit être au cœur de toutes les préoccupations » : « Le 93 est le département où le taux de criminalité par habitant est le plus élevé. Et les statistiques de la police montrent clairement que les personnes mises en cause sont le plus souvent des laissés-pour-compte du marché de l’emploi. » Quant au caractère politique de cet appel—qui a pour l’instant été signé par une majorité d’élus de droite — Rodolphe Pedro, comme Rost, tiennent à mettre les points sur les i : « Je suis là pour l’homme Kamel Hamza, pas pour son parti », résume le financier. « Gauche, droite, on s’en fout quand c’est l’avenir des gens qui est en jeu, renchérit le rappeur, connu pour ses positions anti-Sarkozy. Il faut s’unir et agir pour que cela change vraiment. » http://www.leparisien.fr/abo-seine-saint-denis/ils-reclament-des-etats-generaux-de-l-emploi-24-01-2011-1240611.php

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 1113472

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d - JeSurfe France

     RSS fr RSSG. " Prochainement "   ?

Creative Commons License